Outils / Bibliographie (1789-2011) / Consulter la bibliographie (1789-2011) / Présentation de la Bibliographie d'Histoire de la justice française (1789-2011) /

Présentation des références

Jean-Claude Farcy

1. Références

Chaque référence est donnée selon des normes simplifiées et dans son intégralité, nom et prénom d’auteur, lieu d’édition, nom de l’éditeur inclus. Autant que possible nous avons indiqué pour les articles et contributions à ouvrages collectifs, les chiffres des pages extrêmes, et, à défaut, celui de la première page.

Au XIXe siècle, les articles font fréquemment l’objet de « tirés à part » publiés sous forme de brochures : nous avons signalé sous la rubrique « Notes » les références au périodique concerné, pour éviter les répétitions. Nous avons appliqué également cette règle quand un même article, au libellé identique, est publié dans plusieurs revues différentes, sauf en cas de doute sur l’existence d’une version différente.

De même, pour éviter les redites, on a mentionné dans une seule notice le titre d’une thèse et sa publication, sauf si le titre est différent.

Le même principe a fait que les éditions successives d’un même ouvrage ont été signalées dans une seule et même notice.

2. Plan de la bibliographie

La présentation de l’ensemble des références est faite selon un ordre thématique détaillé, en suivant à l’intérieur de chaque niveau de plan l’ordre alphabétique des titres ou, quand le thème s’y prête, en combinant ordre géographique (études locales), chronologique (exemples : réforme judiciaire, réforme pénitentiaire, justice des mineurs, etc.) ou de personnes (biographies, procès) avec celui des auteurs d’ouvrages et d’articles.

Un premier chapitre de généralités (1) introduit aux sources bibliographiques, périodiques juridiques et recueils de jurisprudence et autres ouvrages généraux. 
Un second (2) rassemble les références portant sur la période révolutionnaire et consulaire qui voit la mise en place d’une nouvelle organisation judiciaire qui va rester en place, dans ses grandes lignes, pendant les deux siècles suivants.
La troisième partie (3) passe en revue l’ensemble des institutions judiciaires : débats sur la réforme judiciaire, organisation d’ensemble des juridictions, justice hors du juge, revue complète des divers tribunaux - judiciaires, administratifs, d’exception - ayant existé pendant la période considérée, justice dans des territoires particuliers ou pendant les périodes de guerre. 
Le quatrième chapitre (4) est consacré au personnel judiciaire : études sur les magistrats et auxiliaires de justice, biographies et témoignages de ceux-ci. 
La partie suivante (5) aborde la procédure : action en justice, déroulement du procès (preuves, office du juge, jugement, autorité de la chose jugée, exécution des jugements, recours, frais de justice, etc.), procédures spécifiques (pénale, civile, commerciale, administrative), procès de droit commun classés soit par personnes, soit par lieux. 
Le sixième chapitre (6) traite de la délinquance et de la criminalité : lectures du crime, statistiques criminelles, historiographie, typologie de la criminalité selon les infractions et les populations, récidive, études locales, biographies et témoignages, politiques de prévention de la délinquance. 
La septième partie (7) réunit les références portant sur les pénalités (politiques criminelles, interrogations sur la responsabilité pénale, techniques d’individualisation et d’atténuation des peines, pénalités autres que la prison), les divers établissements pénitentiaires (prisons pour adultes, colonies de jeunes détenus, bagnes) et les souvenirs de prisonniers. 
Le chapitre suivant (8) retrouve la chronologie pour recenser les références consacrées à la justice politique de la Révolution à nos jours. Procès et pénalités politiques y sont classés dans l’ordre des différents régimes qui se sont succédé pendant cette période. 
Le dernier chapitre (9) est consacré aux polices : études générales, enquête judiciaire, publications relatives à l’organisation et au personnel de police, publications relatives à l’organisation et au personnel de la gendarmerie, autres auxiliaires de police, aspects de police administrative et de contrôle des populations.

3. Index

Il n’y a pas de véritable index thématique. 
D’une part, la consultation des index matières (ou mots-clés) des bibliographies et catalogues existants, qui a été notre pain quotidien pendant de longs mois, nous a laissé souvent des doutes quant à l’exhaustivité d’une interrogation de ce type. 
D’autre part, la réalisation d’un tel index aurait demandé un temps considérable, hors de portée des capacités d’un seul auteur. 
Nous avons pris le parti d’une présentation thématique très détaillée (1767 niveaux de titres). Son inconvénient majeur tient au fait qu’une référence n’est citée qu’une fois alors qu’elle pourrait aussi bien se trouver à différents niveaux du plan. Il est donc impératif de prendre le temps de parcourir le sommaire détaillé, ce qui présente l’avantage d’offrir la possibilité de placer dans un contexte plus large les références recherchées.

Les index et rubriques disponibles dans la vue détaillée d’une notice bibliographique (et servant aux différentes recherches) sont les suivants :

- Auteurs : nom et prénom (ce dernier entre parenthèses) 
- Année de publication : la date de parution relevée est la première dans le cas de collections ou de plusieurs éditions d’un même ouvrage. Les références non datées ont la valeur 0. 
- Lieux : pour les communes, le département est indiqué sous une rubrique spécifique 
- Personnes : le nom est suivi du prénom ou de son abréviation (entre parenthèses) 
- Périodiques : libellé complet du périodique, avec indication de la catégorie (historiques, juridiques...). 
- Notes : on trouvera sous cette rubrique trois types d’informations. Soit l’indication d’une publication de versions identiques dans un ou plusieurs autres périodiques d’un article ou d’une brochure. Soit une précision factuelle permettant d’éclairer le contenu de la référence. Cette dernière information a été souvent reprise du catalogue BN-Opale Plus de la BNF pour les factums de procès. Elle est complétée, éventuellement, par nos propres lectures, notamment quand nous rencontrions des difficultés d’identification et de classement d’une référence. Soit, enfin, la référence à une publication numérisée, disponible sur Internet, notamment sur le site Gallica de la BNF. Cette dernière information résulte d’une interrogation de Gallica par sujets et a grandement bénéficié du travail de Catherine Mocellin et Natalie Pigeard qui ont mis à notre disposition une liste d’ouvrages numérisés à la BNF et portant sur les champs relatifs à notre bibliographie.