Visits / En prison /

Visite de la maison d’arrêt de Mulhouse

Visite_maison-darret-Mulhouse_vignette-01_criminocorpus.jpg
ACCES A LA VISITE

Mise en service en 1867, la maison d’arrêt de Mulhouse a définitivement fermé ses portes au mois de novembre 2021, remplacée par le centre pénitentiaire de Mulhouse-Lutterbach.

Cette visite virtuelle vous permet de pénétrer dans cet établissement et de le découvrir depuis l’intérieur grâce aux témoignages des personnels qui l’ont animé au quotidien. De la cave jusqu’aux combles, cette visite vous permet d’accéder à l’intégralité de cette détention à travers des vidéos et des photographies de ses différents bâtiments. Dans chaque vidéo, un membre du personnel de la maison d’arrêt de Mulhouse (surveillant, enseignant, directrice, etc.) vous présente son lieu de travail et l’activité qu’il y conduit.

Cette visite virtuelle vous est proposée par le Laboratoire de recherche et d’innovation de la direction de l’administration pénitentiaire (ministère de la Justice) en partenariat avec la maison d’arrêt de Mulhouse, la direction interrégionale des services pénitentiaires de Strasbourg et le Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR, UAR 3726).

Vous pouvez également accéder aux compléments suivants :

- Documentaire sur la maison d’arrêt de Mulhouse ;

- Plans de la maison d’arrêt de Mulhouse ;

- Exposition virtuelle sur l’histoire de la maison d’arrêt de Mulhouse ;

- Cahier d’études pénitentiaires et criminologiques sur l’histoire de la maison d’arrêt de Mulhouse.

Crédits :

- Réalisation : Hervé Colombani, réalisateur, et Jean-Lucien Sanchez, chargé d’études en histoire au Laboratoire de recherche et d’innovation de la direction de l’administration pénitentiaire

- Edition en ligne : Delphine Usal, chargée d’édition, CLAMOR

Remerciements :

Les auteurs remercient le directeur et le personnel de la maison d’arrêt de Mulhouse, la direction interrégionale des services pénitentiaire de Strasbourg, la direction de l’administration pénitentiaire et le CLAMOR.