Bibliothèque /

L’anthropométrie judiciaire à Paris en 1889. Installations et plans des locaux, récents perfectionnements, une expérience de sociologie bureaucratique

Auteur(s)
Bertillon (Alphonse)
Année de publication
1890
Lieu de publication
Lyon, Paris
Éditeur
A. Storck éditeur, G. Steinheil éditeur
Nombre de pages
30
Source
Pascal Vincent
Observations

S’appuyant notamment sur une communication réalisée par Alphonse Bertillon (en mai 1889) auprès des membres des congrès d’anthropologie criminelle et de médecine légale à l’occasion de l’exposition universelle organisée dans la capitale française, ce texte explique de manière détaillée comment est aménagé le service d’Identification de la préfecture de police de Paris : distribution des bureaux, des ateliers photographique et de mensuration, des casiers de classification, etc. Il permet de bien comprendre le « parcours » imposé « aux 100 à 150 individus arrêtés chaque jour » à qui sont appliquées les différentes formalités du bertillonnage ainsi que le rôle précis assigné à chaque agent du service. On trouve aussi en fin d’article (planche V) un diagramme relatif aux « reconnaissances des récidivistes sous faux noms » couvrant la période allant de 1883 au 1er juillet 1890.

Mots-clés
prisons récidive Ryckère (Raymond de) malfaiteurs détenus palais de justice gardes municipaux Lépine (Louis) marques particulières instructions signalétiques laboratoires diamètres céphaliques repris de justice Bourgeois (Léon) fiches signalétiques gouvernement impérial de Russie collection anthropométrique prime de 5 francs faux noms agents mensurateurs signes sténographiques casiers de classification caractères descriptifs gardiens de prison Daumet (Honoré) répertoires anthropométriques ateliers de photographie judiciaire Lozé (Henri) ateliers de mensuration le Roux (Hugues) service d'Identification judiciaire de la préfecture de police de Paris