Bibliothèque / Enfance « irrégulière » (AHPJM) / 1. Sœur Marie-Louise Giraud : La modernisation du Bon Pasteur de Bourges (1993)

1. Sœur Marie-Louise Giraud : La modernisation du Bon Pasteur de Bourges (1993)

1. Sœur Marie-Louise Giraud : La modernisation du Bon Pasteur de Bourges
Titre complet
Sœur Marie-Louise Giraud : La modernisation du Bon Pasteur de Bourges avant son passage à l'Éducation surveillée
Source
AH-PJM

Journées d'études « En 1968 à Bourges, du Bon Pasteur au complexe éducatif » (21 et 22 octobre 1993)

C’est à l’âge de 80 ans que l’ancienne directrice du Bon Pasteur de Bourges revient dans l’établissement à l’occasion des journées d’étude d’octobre 1993, sous le nom de Sœur Marie-Louise Giraud, son nom d’état-civil. En 1964, lorsqu’elle avait pris la direction du Bon Pasteur de Bourges, elle portait le nom de Mère Marie Saint Jean de La Croix, son nom de Mère supérieure.

Elle resta quatre ans au Bon Pasteur, le temps de « moderniser » la maison (voir le texte "Le Bon Pasteur de 1940 à 1968") pour laisser la place, en 1968, aux fonctionnaires de l’Éducation surveillée, après l’achat de l’établissement par le ministère de la Justice. En pédagogue éclairée, elle était consciente de la nécessité de sortir les institutions de l’immobilisme ancestral qui les caractérisait, enfermant religieuses et filles à rééduquer dans la même clôture. Fervente adepte de la formation des éducatrices, tant religieuses que laïques, elle a recruté du personnel laïc, surtout des femmes pour l’instruction professionnelle, mais aussi quelques hommes (jardinier, cuisinier, psychiatre). Elle a aussi entamé une ouverture pour les élèves en leur offrant des occasions de sorties, soit par le biais de loisirs en collectivités, soit par des visites dans des familles de Bourges.

Son arrivée comme directrice du Bon Pasteur de Bourges à l'automne 1964 avait été consécutive à un rapport d'inspection défavorable, remis en 1963 par Madame Mauroux Fonlupt, inspectrice de l’Education surveillée. Après ses quatre années de remise en état de l'institution, la décision de la fermeture avait été prise par la congrégation qui cherchait alors à fermer nombre de ses communautés implantées sur tout le territoire.

Du Bon Pasteur depuis 1964 au passage de relais avec l'Éducation surveillée en 1968, c'est de cette transmission qu’elle témoigne dans son intervention, 25 ans après que toute l’équipe religieuse ait quitté la place, la cédant à l’équipe éducative laïque.

Claire Dumas et Gisèle Fiche

 

Pour en savoir plus, voir la présentation de la journée d'étude et de ses 9 séquences vidéos.

Mots-clés
Éducation surveillée Bon Pasteur